Carlo Brandt, l’homme renversé (I)

La première fois, je t’ai vu tête-bêche, traversé par le verbe de Dostoïesvki ; tu portais seul Le Rêve d’un homme ridicule sur la scène du Théâtre Saint-Gervais. Bientôt 15 ans de cela, mais une image s’accroche de toutes ses épines à ma rétine. À fleur de mémoire, ton visage renversé avait jeté l’ancre par les yeux. Tout tournait autour de cette paire de trous noirs, cloués au cœur de la cible ; ton faciès retourné.

Depuis, c’est dans le gouffre d’un fauteuil, un pistolet contre l’aine, que je t’imagine, prêt au grand décollage, le visage ruisselant de la pluie du dehors, tout empli de larmes dedans. Las et lourd terrien, veux-tu donc quitter la compagnie des hommes ? Leur préfères-tu celle des étoiles ? Au bois dormant, veux-tu jouer la belle ? Ça se voit que tu crèves d’envie de t’arracher de là, à t’en faire péter la cervelle. Ferme les yeux. Plonge dans le noir. Échappe à la force d’attraction de la planète bleue et flotte dans l’apesanteur intersidérale. Ta légèreté ne se gagnera qu’avec la distance, dans l’espace immense. À moins que, de ton rêve décroché, tu retombes penaud dans la réalité.

Je te retrouve aujourd’hui au carrefour des thématiques abordées dans les articles du “Théâtre dans la peau (IN)CARNATIONS”, “Traversée en solitaire” et “Fatal(e)s”. « Allô Carlo ? On peut parler ? ». Tu réponds deux fois « Oui». Nous ne nous connaissons pas, mais ta voix appartient à celles qui, par l’oreille, s’adressent à l’âme.

Tu deviens la troisième personne d’un singulier. Retour à la ligne de vie, en diptyque, dont voici le premier volet.

(crédit photo page d’accueil: Olivier Michoud)

photomaton: Carlo Brandt

Voilà quatre décennies que Carlo Brandt brûle les planches et crève l’écran, petit ou grand. Il souffle aussi dans des saxos, chante façon proto-rap, pique la toile de ses murmures poétiques et projette ses captures photographiques. Théâtre, cinéma, web, séries-télé, musique, image, tous les moyens d’expression sont bons pour l’acteur né en terre genevoise, à l’hiver 54.

Sur les photos de lui bébé, coincé entre père, mère et frères, le regard interroge déjà « qu’est- ce que je fous là ? ». Allergique dès ses balbutiements aux rapports de domination, il refuse la mainmise de la famille, de l’école, puis de l’armée sur sa liberté d’action. Affirmant son besoin précoce d’autonomie, il polarise des cultures antagonistes.

« L’histoire de mes parents, c’est l’histoire de l’Europe. Ma mère a grandi dans une ferme du Nord-Est de l’Italie. Mon père, fils d’un industriel allemand en faillite installé à Genève, reçoit les ruines de son propre père en héritage ». L’urbanité helvétique du père épouse la ruralité frioulane de la mère. Le couple se rencontre hors sol ; à Rome. Lui, enrôlé par Swissair, y est muté comme chef d’escale. Elle quitte sa campagne à 16 ans et endosse l’uniforme d’hôtesse de l’air dans la capitale italienne. Tous deux embrassent la modernité avec entrain, mais la sensibilité de leur petit Carlo reste étonnamment dominée par l’archaïsme paysan. Il s’épanouit dans la chaleur des étés italiens gorgés de soleil, d’odeurs racées et de lumières sudistes, rythmés par les moissons et les vendanges. De retour dans la maison genevoise, il se flétrit. « Contrairement à mes deux frères, la seule valeur que je reconnaissais était celle de la terre. Je comprenais comment faire un sillon avec un cheval, comment traire, comment lire dans la merde des vaches par terre ; tout ce que les autres considéraient passéiste et dégueulasse. Je devais être atteint d’une légère forme d’autisme ». Sous l’influence d’origines contraires, son cœur balance clairement côté terre.

Tombé dans le théâtre comme un petit ours dans un chaudron de miel, il vit son premier déclic scénique grâce à la rythmique helvétique. Il s’en souvient comme si c’était hier : « Les enfants, aujourd’hui nous allons distribuer le rôle principal du spectacle de Noël. Vous allez marcher, bouger et vous comporter comme si vous étiez le petit ours Michka. Je mets de la musique ». Le petit garçon taciturne qui passe ses vacances en compagnie des animaux de la ferme chez sa grand-mère, observateur obsessionnel d’une nature spectaculaire, n’éprouve aucune difficulté à se glisser dans la peau d’un petit ours et décroche son premier “premier” rôle. Le deuxième déclic suivra. « Le soir du spectacle, quand je suis arrivé sur le plateau de la salle communale du Grand-Saconnex, métamorphosée par les lumières, face à tous ces adultes, j’ai compris quelle était la fonction de la représentation. Je peux donner un sens au monde dès lors que je le raconte. Représenter le monde, c’est le reconnaître et lui donner sens. C’est l’idée qui m’a traversé ce soir-là, j’avais 6 ou 7 ans».

Il va de déclic en déclic ; le suivant active sa passion pour la musique. « J’ai essayé le piano ; ça ne marchait pas, la trompette ; ça ne marchait pas. Finalement, la flûte à bec m’a conduit au fifre. Je retrouvais quelque chose d’une nature proche, mais plus vibratoire encore que le théâtre, en jouant en mode déambulatoire au sein de la fanfare du Grand-Saconnex».

De 12 à 14 ans, l’adolescent, peu scolaire, est placé à l’internat Saint-Joseph à Thônon-les- Bains, en France voisine. Il y perd toute intimité, mais y explore une sensation qu’il ne connaît pas encore : la solitude au sein de la communauté. « Je me suis retrouvé sans espace privé, sans ma chambre, sans mes amis, dans un dortoir de 80 lits, dans un réfectoire où nous mangions à 350. J’ai pu me construire dans cette solitude et j’ai, à partir de l’internat, commencé à beaucoup rêver ». Il s’endurcit. « Plus tard, à l’armée, nous étions 6 par chambrée et nous levions à 6h du matin mais cela me paraissait facile. À l’internat jésuite, le réveil sonnait dès 5h30, nous enchainions par la messe et les études, tout cela avant le petit déjeuner. Ce n’est pas la même chose quand tu retrouves tes copains en classe ou quand tu vis jour et nuit ensemble ; tu dors, manges, joues, te bagarres avec eux. Pour moi, ce fut la période de l’apprentissage de l’amitié mais aussi de la violence et du travail ».

“Nous sommes à l’époque du Living Theatre, des expériences de communautés théâtrales. La politique, au sens pur du terme, imprègne le travail de l’intérieur et ça se sent. Un vrai rapport lie le public et les comédiens. Je me suis dit : “Je veux faire ça ! ” ».

photomaton: Carlo Brandt

Quelques années plus tard, frappent l’adolescence et la voix du père : « Si tu restes ici, c’est moi qui fais la loi. Si ça ne te convient pas, pars ». Il a alors 16 ans et quitte la maison familiale, soutenu dans son mouvement d’émancipation par sa mère. Il loue une chambre chez une amie de cette dernière, enchaîne les petits boulots : pompiste, bagagiste à l’aéroport de Genève, etc. La salle communale du Grand-Saconnex sera une fois de plus le théâtre d’une importante révélation. Il s’y rend pour voir Les Soldats de Lenz par le Théâtre Populaire Romand. « Je me retrouve face à une forme théâtrale pointue. Nous sommes à l’époque du Living Theatre, des expériences de communautés théâtrales. La politique, au sens pur du terme, imprègne le travail de l’intérieur et ça se sent. Un vrai rapport lie le public et les comédiens. Je me suis dit : “Je veux faire ça ! ” ».

Tout s’enchaîne tambour battant : il arrête le collège, fait l’armée, la déserte, expérimente la prison. « En sortant de la prison de l’armée, je voulais être prof de ski. Mon père me présente l’un des responsables de l’école suisse de ski ; un colonel qui m’explique que la structure de l’école mime celle de l’armée… Très bien, merci, au revoir Monsieur ».

Carlo renoue avec l’appel du plateau et projette d’entrer au Conservatoire de Genève. Mais, Place neuve, le voilà détourné du droit chemin par un panneau qui le mènera à l’ESAD-École Supérieure d’Art Dramatique, où il s’inscrit. « Pour préparer le monologue et la scène à présenter au concours d’entrée, j’ai sollicité l’aide de comédiens professionnels. Certains m’ont reçu – tous des comédiens très connus à l’époque à Genève – d’autres m’ont directement jeté. Finalement, je me suis retrouvé à la montagne dans une bergerie pour préparer seul le concours d’entrée ».

Le jour J, Leyla Aubert, alors doyenne de l’ESAD, lui annonce devant le jury et l’auditoire : « Vous n’êtes pas admissible car vous n’avez pas suivi les années préparatoires, mais comme vous êtes le meilleur de la sélection, nous ferons une entorse au règlement et vous prenons à l’essai ». Il accède alors aux meilleurs pédagogues de l’époque et se délecte de sa formation. À l’issue du spectacle de fin de 3e année, casquette vissée sur le crâne, un monsieur l’aborde : « Salut Carlo, qu’est-ce que tu fais au mois de septembre ? Ça te dirait de venir travailler au TPR ? » C’est Charles Joris. Embarqué à la Chaux-de-Fonds, le jeune acteur raccroche avec délectation tous les wagons mémoriels de la paysannerie italienne. « La liberté existe à partir de 1000 mètres» dit un proverbe fribourgeois qu’il affectionne particulièrement. Cette première expérience professionnelle lui permet d’accéder à l’expression de la plus grande des modernités en matière théâtrale et de vivre le collectif. « J’ai vu le théâtre du théâtre : l’intérieur du collectif, les rapports de domination des anciens sur les nouveaux, les liens affectifs, qui tu aimes et qui tu n’aimes pas ; la communauté au plein sens du terme ».

Les années septante multiplient les expériences communautaires et confrontent les idéologies. La lutte armée de la bande à Baader ou des Brigades rouges est contemporaine de la création des communautés pacifistes hippies. « Avec la mort de Pasolini en 1976, j’ai compris qu’en même temps que cette figure, on massacrait le modèle politique archaïque. J’assistais en direct à la fin du monde politique. Avec les années 80, nous entrions de plein fouet dans les années bling bling qui nous mènent jusqu’à la première guerre en Yougoslavie en 1995. Et après l’histoire, toi aussi tu la connais ».

Après le TPR, l’électron libre regagne Genève dont il fréquente la foisonnante scène underground. C’est aussi le début de l’ère Benno Besson. Nommé à la tête de La Comédie, il consacre l’année précédant son investiture à sillonner les salles; «Il verra tous les décorateurs, tous les éclairagistes, tous les metteurs en scène, toutes les comédiennes, tous les comédiens puis sélectionnera 6-8 personnes pour intégrer La Comédie. J’étais dedans. S’ouvre à moi le grand classicisme. Benno Besson était l’un des derniers directeurs d’acteurs, nourri dans son parcours par son compagnonnage avec Brecht et Coline Serrault ».

Ce premier maître accepte le parallélisme entre l’institution qu’il dirige et la vie alternative environnante dans laquelle Carlo s’active, notamment avec Pavillon B, un groupe de musique électronique avec lequel il tournera huit ans en Suisse. « Je chantais une forme de rap avant l’heure, puis j’ai commencé à jouer du saxophone. Comme acteur, je travaillais avec de jeunes cinéastes du courant expérimental – des femmes talentueuses qui ont malheureusement disparu depuis – tout en poursuivant mon parcours avec Benno à La Comédie ».

En Claude Straatz, il trouve une rigueur et une capacité d’analyse équivalentes à celle de Benno Besson, dans une veine esthétique différente. Chacune des familles artistiques, chacun des maîtres qu’il côtoie ajoutent une nuance supplémentaire à la palette multicolore qu’il trimballe en permanence avec lui.

Depuis tout petit, Carlo vogue d’un antipode à l’autre ; rural-urbain, solitaire-collectif, institutionnel-alternatif. Il bâtit sa personnalité atypique, par strates de divergences. Quand je le questionne sur le rôle de l’enfance comme période privilégiée d’incubation de sensations et d’observations brutes, il répond : « Encore aujourd’hui, je ne suis qu’un capteur ambulant. J’ai édité sur facebook un travail sur Pessoa car peu d’écrivains peuvent parler du métier d’écrire. Il est l’un des seuls à pouvoir parler de l’invisible. Depuis le 1er confinement, je publie ou projette aussi des séries de photographies. Jamais je n’ai cessé d’observer autour de moi. »

Une corde référentielle s’ajoute à son arc, par le biais de son grand-frère Daniel, physicien nucléaire au CERN. Pionnier dans un tout autre domaine, son petit-frère sera l’un des tous premiers traders, qu’il qualifie plus subjectivement de « l’un des premiers connards » à commercer pour les banques genevoises. « Vivre à Genève, c’est vivre dans le cœur du monstre, où se négocient toutes les denrées alimentaires mondiales. Mon grand-frère scientifique était le seul de la famille avec lequel je pouvais parler, pourtant les scientifiques sont habituellement de piètres communicants hors de leurs centres d’intérêt. Vu son niveau de responsabilité, il subissait une pression énorme. Boire le relaxait. La capacité de verticalité de mon frère s’exprimait grâce à l’alcool. Nous parlions des heures ensemble, il venait voir tous mes spectacles ; notre lien était incroyable. Grâce à lui, je pouvais pénétrer le cœur de la matière. Il m’a permis de visiter l’accélérateur (ndlr: de particules). Il m’a ouvert à l’astrophysique, à l’invisible – qui ne l’est pas d’ailleurs, mais que nos sens ne perçoivent pas – et à l’univers quantique. J’ai pu faire le mix entre ce qu’il me transmettait et l’analyse des textes. Si tu penses quantique au plateau, ça change tout, même structurellement, dans ton approche des pièces. »

Il y a cinq ans, Carlo perd son père. Deux jours après, son frère Daniel décède à son tour d’un cancer. Les deux hommes ne se parlaient plus depuis 20 ans. « J’avais mon père dans une clinique, mon frère dans une autre et je faisais le va-et-vient entre eux. À l’un je disais « ton fils Daniel est en train de mourir », à l’autre je disais « ton papa est en train de mourir ». Leur disparition simultanée provoque un immense choc, et leur conflit irrésolu en exacerbe la portée. « Papa et Daniel doivent être dans la même morgue à Genève ». Il se rend à la morgue et demande à voir Monsieur René Brandt et Monsieur Daniel Brandt en même temps.  “Je suis le fils de René et le frère de Daniel. Ils sont morts à deux jours d’intervalle, cela faisait 20 ans qu’ils ne se voyaient plus. J’aimerais les rassembler pour leur parler ». Carlo se retrouve en compagnie d’un cercueil ouvert, celui de son père, et celui resté clos de son frère. Il leur parle, prend des photos, et, avant de quitter la morgue, jette un œil à l’horloge électronique qui, en plus de l’heure, indique la date : mercredi 16 décembre 2014,  jour de son 60e anniversaire. « J’avais zappé que cette scène se déroulait le jour de mon anniversaire. Au moment d’en prendre conscience, le synchronisme m’a troublé. À partir de ce moment-là, je plonge dans une autre dimension ».

Quelques semaines après, sa mère meurt à son tour. La rupture familiale est totale et brusque. « Je me retrouve sans jambes et sans bras ; j’avais perdu tous mes membres, au sens propre et figuré. En 2014, j’ai donc disparu pour accompagner mes morts, jusqu’à maintenant. Il fallait comprendre ce qui arrivait pour pouvoir continuer à vivre. Heureusement, j’ai rencontré des “anges” qui m’ont permis de faire le va et vient entre les limbes et le monde social et professionnel. J’ai quand même tourné dans une série pour TF1. Tu te retrouves seul, tout le monde est mort autour de toi et tu reçois un appel de ton agent : « ça te dirait d’aller tourner à Lisbonne ? C’est pour la plus vieille série de la télé française ; ça s’appelle Une famille formidable ». Titre cocasse vu les circonstances (rires). J’ai accepté”.

Le déferlement de la vague covid-19 au printemps 2020 sonne le glas de son voyage dans l’au- delà. Paradoxalement, c’est le confinement, guère différent de son état de retranchement, qui le rappelle, peu à peu, à d’autres réalités… (à suivre).

 

Propos recueillis par Laure Hirsig

A lire aussi

Toutes les rencontres

Alexandra Marcos, voix double

Série “J’ai deux amours” (V). Parce qu’il vaut mieux avoir plusieurs cartes dans son jeu, certain.e.s comédien.ne.s partagent leur temps entre plusieurs activités. Pour ce nouveau volet, Laure Hirsig suis les “voies” d’Alexandra Marcos.

Paroles de scénaristes : où en est la Suisse?

Depuis sa création en 2003, la Haute école des arts de la scène, implantée à Lausanne, n’a cessé de déployer le champ de ses recherches artistiques tout en multipliant ses filières. Au point qu’elle se sent désormais un peu à l’étroit entre les murs de l’ancienne usine de taille de pierres précieuses.

La Manufacture: la conquête de l’espace

Depuis sa création en 2003, la Haute école des arts de la scène, implantée à Lausanne, n’a cessé de déployer le champ de ses recherches artistiques tout en multipliant ses filières. Au point qu’elle se sent désormais un peu à l’étroit entre les murs de l’ancienne usine de taille de pierres précieuses.

Sébastien Ribaux, l’amour de la psyché

Série “J’ai deux amours” (IV). Parce qu’il vaut mieux avoir plusieurs cartes dans son jeu, certain.e.s comédien.ne.s partagent leur temps entre plusieurs activités. Laure Hirsig dévoile le “double je” de Sébastien Ribaux.

Delphine Lanza, au Pays des merveilles

Série “J’ai deux amours” (III). Parce qu’il vaut mieux avoir plusieurs cartes dans son jeu, certain.e.s comédien.ne.s partagent leur temps entre plusieurs activités. Laure Hirsig dévoile les “multiples palettes” de Delphine Lanza.

Noémie Griess, au plateau et au micro

Série “J’ai deux amours” (II). Parce qu’il vaut mieux avoir plusieurs cartes dans son jeu, certain.e.s comédien.ne.s partagent leur temps entre plusieurs activités. Pour ce deuxième volet, Laure Hirsig échange avec Noémie Griess sur ce “double jeu”.

Garance La Fata, l’esprit boomerang

Série “J’ai deux amours” (I). Parce que la vie ne s’arrête pas à la scène, certain.e.s comédien.ne.s s’emploient à jouer un rôle bien ancré dans le réel. Pour ce volet inaugural, Laure Hirsig échange avec Garance La Fata sur ce “double jeu”.

Joël Hefti, portrait extérieur

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce sixième volet de la série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien Joël Hefti.

Roberto Garieri, de chair et de mots

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce cinquième volet de la série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien Roberto Garieri.

Le parler swing de Roberto Molo

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce quatrième volet de la série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien Roberto Molo.

Djamel Bel Ghazi, tempête sous un crâne

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce troisième volet de la série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien Djamel Bel Ghazi.

Xavier Loira, dandy cash

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce deuxième volet de la série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien Xavier Loira.

Boubacar Samb, sentinelle sans tabou

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce premier volet d’une série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien d’origine sénégalaise, Boubacar Samp.

Carlo Brandt, l’homme renversé (II)

Pour nous, Carlo Brandt a prêté ses traits au visage inquiet et brut du monde. Comédien d’exception, il se livre dans un portrait intime dressé par Laure Hirsig. Second et dernier chapitre d’un entretien sans fard.

Fatal(e)s VI: Julia Perazzini chatouille l’invisible

Avec “Fatal(e)s”, Laure Hirsig poursuit sa série d’entretiens sous l’égide d’Eros et Thanatos. Pour ce dernier volet, elle se laisse entraîner par la comédienne Julia Perazzini dans les limbes de l’enfance.

Isabelle Caillat au coeur de la crise

La comédienne genevoise s’impose en femme de tête et de coeur dans « Cellule de crise », nouvelle série signée Jacob Berger qui nous dévoile les arcanes de l’humanitaire. Entretien à la veille de la diffusion.

Y’a-t-il encore un.e auteur.e dans la salle?

Acteur.trice à la fois central et à part, l’auteur.e d’un spectacle ou d’un film doit composer avec des contraintes qui laissent peu de place à l’ego. Trois d’entre eux/elles nous parlent de leur pratique.

Alain Mudry, colosse au clair de lune

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce sixième “Traversée en solitaire”, on se met sur orbite avec Alain Mudry.

Serge Valletti brise le glas à Avignon

Acteur, auteur, scénariste aux côtés du réalisateur Robert Guédiguian, Serge Valletti a mis du baume aristophanesque sur les plaies du festival avorté. Rencontre.

Arblinda Dauti, la perle noire

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce cinquième “Traversée en solitaire”, on se fait la belle avec Arblinda Dauti.

David Valère, l’homme debout qui met le chaos K.O.

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce quatrième “Traversée en solitaire”, on fend les flots avec David Valère.

Olivia Csiky Trnka, l’extra-terrienne

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce troisième “Traversée en solitaire”, on décolle aux côtés d’Olivia Csiky Trnka.

Raphaël Vachoux, sans peur ni reproche

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce deuxième “Traversée en solitaire”, on embarque aux côtés de Raphaël Vachoux.

Jacques Michel, l’échappée belle

En six décennies de carrière, le comédien a endossé tous les costumes. Acteur dans tous les sens du terme, il a construit une histoire qui déborde la sienne, celle du théâtre romand. Portrait.

Lola Giouse, Miss en tropisme

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude, ses charmes comme sa nocivité dans leur parcours et leur pratique. Pour cette première “Traversée en solitaire”, on largue les amarres avec Lola Giouse.

Le théâtre dans la peau (VI)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Sixième acte avec la comédienne Françoise Boillat.

Un dernier café avec Michel Piccoli

L’acteur nous a quitté le 12 mai, à l’âge de 94 ans. En guise d’hommage, des extraits inédits d’un entretien accordé à Lionel Chiuch à l’occasion de la tournée de “Minetti”, de Thomas Bernhard.

Le théâtre dans la peau (V)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Cinquième acte avec le comédien Julien Tsongas.

Le théâtre dans la peau (IV)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Quatrième acte avec le comédien Sandro De Feo.

“Il reste dans la culture une sorte de mépris de classe”

Après un septennat à la tête du GIFF, Emmanuel Cuénod s’apprête à en remettre les clés. Dans un long entretien sans langue de bois, il nous parle du festival genevois et donne quelques coups de griffe à la politique culturelle suisse.

Le théâtre dans la peau (III)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Troisième acte avec le comédien François Revaclier.

Le théâtre dans la peau (II)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Deuxième acte avec la comédienne Valérie Liengme.

Le théâtre dans la peau (I)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Premier acte avec la comédienne Joëlle Fontannaz.

Monica Budde, la voix libre

D’Andromaque de Racine au personnage de A de Sarah Kane, la comédienne Monica Budde campe des femmes qui, comme elle, ne s’en laissent pas conter. Portrait en toute liberté.

Braqueur de banques!

Alors que la saison 2 de « Quartier des banques » débarque sur les écrans, son réalisateur, Fulvio Bernasconi, nous parle de son rapport aux comédien(ne)s.

“L’avantage ici, c’est le Système D”

A la Chaux-de-Fonds, pays des merveilles mécaniques, on croise moins de lapin blanc que de drapeau noir. La comédienne Aurore Faivre brandit celui d’un théâtre qui ose et qui place l’humain au centre.

“Il faut rester punk dans l’âme”

Acteur, metteur en scène, raconteur d’histoires et tricoteur de fictions, Frédéric Polier continue de croiser le fer pour un théâtre généreux et rebelle.

“Nous vivons l’époque du théâtre selfie”

Avec l’amour, la haine n’est jamais très loin. Acteur, auteur, metteur en scène mais aussi musicien, Daniel Vouillamoz effeuille volontiers la marguerite quand il parle de théâtre, cet « art pathétiquement inutile et pourtant essentiel ».

“C’est vrai, je ne connais pas de barrière”

Acteur puissant et subtil, Gilles Tschudi n’hésite pas à se mettre à nu, comme dans « Souterrainblues », mis en scène par Maya Bösch il y a près de dix ans au Grütli. Mais l’homme dévoile volontiers aussi ce qui « l’agit » et dresse ici une véritable métaphysique du jeu.

Théâtre des Osses, théâtre de chair

On prend les chemins de traverse jusqu’à Givisiez pour y rencontrer Geneviève Pasquier et Nicolas Rossier. Leur nouvelle saison regarde la planète en face.

Carole Epiney, névrosée à temps partiel

Elle était impeccable dans « Les névroses sexuelles de nos parents ». La valaisanne Carole Epiney affronte les aléas de la vie de comédienne romande avec une belle énergie.

Il y a plus de compagnies que de films

Critique à la Tribune de Genève, Pascal Gavillet est un habitué du cinéma suisse, dont il connait bien les mécanismes. On fait le point avec lui.