Safi Martin-Yé bouillonne de cultureS

 

Safi aux côtés de Dimitri Anzules “La Parfumerie”©Loris Von Siebenthal

L’Art en Héritage

Comédienne multi-talentueuse, Safi Martin-Yé puise dans le terreau parental une manière de vivre l’art comme une évidence. Sans aucun doute, à la question : et toi, que font tes parents, Safi était la seule de sa classe à répondre par un coup double : « artistes de scène ». Les dés sont jetés. Safi s’engouffre à son tour dans la partie et vit le deuil d’une enfance calme et conventionnelle comme un cadeau plutôt qu’un sacrifice. « J’adorais être trimballée dans les concerts et les cours de danse de mes parents » confie-t-elle, et tant pis pour le confort ronronnant de la routine.

De mère Suisse et de père Burkinabé, Safi prend progressivement conscience de l’aura de ce dernier. Paco Yé est un musicien-danseur connu internationalement et une star mythique dans son pays d’origine. Percussionniste-soliste de djembé, interprète réputé de danses mandingues, Paco Yé est aussi un éminent professeur de danses d’Afrique de l’Ouest.

Le couple se sépare lorsque Safi a 4 ans. Elle grandit avec sa mère, tout en partageant avec une demi-sœur de quatre ans son aînée, de lumineux moments avec leur père commun. « Il nous disait souvent à ma demi-sœur et moi : venez, on va danser ! Dans d’autres familles, la danse est associée à Noël ou Nouvel An, aux anniversaires, bref à la fête quoi. Avec mon père, non ! D’ailleurs, nous n’étions pas là que pour rigoler ; on était surtout là pour danser. Il n’hésitait pas à nous reprendre quand nous faisions trop les idiotes. En nous apprenant à danser, il nous transmettait la signification des pas et prenait à cœur de nous emmener au bout du mouvement, de nous diriger dans le corps, de nous apprendre où placer le regard et comment faire circuler l’énergie ».

Appréhender la danse comme une discipline rigoureuse n’exclut pas la joyeuse spontanéité de ce père si spécial. Safi se souvient du sourire plein les yeux : « Parfois, dans la rue, ça le prenait ; il commençait à danser, à faire des percussions corporelles ou à beat-boxer. Ma sœur et moi, on le suivait en riant ».

Jusqu’à l’adolescence, Safi va tous les deux ans au Burkina où s’ancrent d’autres puissants souvenirs. « Quand Paco sortait sa moto, tous les jeunes du quartier se précipitaient à sa rencontre. Parfois ma sœur et moi étions avec lui sur la grosse BMW qui démarrait dans un bruit d’enfer. Les jeunes du quartier se ruaient vers nous en criant : Paco ! Paco ! Nous nous en souviendrons toute notre vie, comme des moments hors du temps. Burkina Faso signifie : le pays des hommes intègres » poursuit-elle : une valeur chère au sein de la famille Martin-Yé. Comme tout sapeur* digne de ce nom, Paco Yé associe l’élégance à l’excentricité. Il transmet à ses enfants des valeurs fortes – notamment l’humilité -, pas seulement la frime ou le goût des paillettes.

L’attachement profond de Safi à son père – disparu précocement en 2002 – fait écho à la reconnaissance que la jeune femme éprouve pour sa mère qui se révèle elle aussi, en tant que danseuse professionnelle de danses mandingues et pédagogue, une précieuse passeuse de passion. La danse est présente depuis ses premiers pas, mais la barre est haute, tout comme la conscience de l’excellence qu’exige cette discipline. Respect et humilité obligent : Safi refuse de se considérer comme une danseuse professionnelle.

« À l’école, nous avions un classeur répertoriant les métiers. Quand je le consultais, j’allais directement au “C” comme “comédienne”. » 

Safi aux côtés de Maël Godinat-teaser “Je brûle de Joséphine”©Lauren Pasche

Métissage

Rien d’étonnant à ce que Paco Yé ait été doublement surnommé. D’abord, “Le Caméléon” parce que « ce qu’il était, il l’emportait partout : à Genève, en Valais, au Burkina, en Italie, au Japon,… Partout où il se déplaçait, il faisait vibrer son monde. On ne savait plus si c’était lui qui se fondait dans l’environnement ou l’espace qui changeait à son arrivée.»

Pour d’autres, il est “Le Caïman entre deux rivières”, celui qui érige des passerelles artistiques si solides entre le Burkina et la Suisse que de nombreux musiciens s’y aventureront à sa suite.

Safi a indéniablement développé une fièvre et un charisme comparables, sans volontarisme ni calcul, peut-être même sans en avoir conscience.

 

Après avoir passé ses sept premières années à Genève, puis six mois au Burkina où elle commence le théâtre, Safi revient en Suisse, mais la famille s’installe dans le Valais cette fois. C’est donc là-bas qu’elle poursuit les cours de théâtre, de percussion et de danse. « C’était mon kiff, je n’attendais que cela toute la semaine. Je n’étais pas bonne élève. À l’école, nous avions un classeur répertoriant les métiers. Quand je le consultais, j’allais directement au “C” comme “comédienne”. Dans ma tête, il n’y avait que le théâtre et je n’envisageais rien d’autre. Alors, pendant cinq ans, je me suis préparée au Teatro Comico de Sion. Je faisais du baby-sitting la journée et suivais les cours de théâtre le soir. Puis, j’ai intégré l’École Serge Martin à Genève. J’ai adoré ! Enfin ! Cela faisait tellement longtemps que j’en rêvais. L’ambiance dans ma classe était bienveillante et sans esprit de compétition. Je m’y suis sentie comme au sein d’une seconde famille ».

À l’issue de sa formation chez Serge Martin, tout va très vite. Le mois suivant sa sortie de l’école, Safi est engagée dans une pièce qui se joue au Théâtre de L’Orangerie dans la tour nomade alors installée dans la pelouse adjacente à la bâtisse. « J’ai aimé cette 1ère expérience professionnelle, l’ambiance de troupe et l’effervescence estivale. Je suis très reconnaissante que la metteure en scène soit venue me chercher. Je jouais une vieille mère muette et moribonde, clouée dans un fauteuil roulant. Je ne parlais pas mais je dansais et chantais. Avec le recul, je réalise que ce rôle me questionnerait aujourd’hui. Mon visage et mes cheveux étaient blanchis à l’argile et, a posteriori, je me demande pourquoi car l’esthétique n’était ni réaliste, ni inspirée de science-fiction ».

Si les questions qui la taraudent aujourd’hui ne la traversaient pas à l’époque, c’est que sa faim de théâtre et de rencontres dominait. À l’aise tant dans le répertoire classique, que populaire ou contemporain, elle enflamme les plateaux. « Ma priorité était de bosser et de rencontrer des gens. J’ai joué des servantes en étant métisse et cela ne me posait pas de problème à ce moment-là ».

Mais, au fil du temps et des évènements, l’actrice qui a aujourd’hui 35 ans, développe une sensibilité accrue aux problématiques liées à la question raciale. Elle réalise que le propos de certains spectacles pour lesquels on la sollicite ne sont plus compatibles avec les valeurs qui sont devenues les siennes. Alors, elle refuse certains contrats. Neuf fois sur dix, elle peut en parler calmement avec les personnes concernées.

« Il y a quatre ans, on m’a contactée pour un court-métrage, soutenu par l’OFC**. L’histoire tenait la route mais on me proposait, à moi femme métisse, le rôle de l’employée de maison et celui du jeune voleur à un acteur arabe. Je ne me sentais pas à l’aise de participer à une production où l’on caste les afro-descendants ou africains exclusivement pour ces rôles-là. J’ai eu une discussion avec la réalisatrice, qui a compris ma réaction et s’est excusée. Par contre, j’ai appris par la suite que la productrice m’avait traitée de petite conne impertinente d’avoir osé refuser le rôle pour cette raison. Depuis, j’ai dit non à tous les rôles qui enferment les femmes et les hommes noirs dans des stéréotypes. Valider la caricature ne permet pas de briser la chaîne, ni de modifier les habitudes de casting. Nous sommes si peu nombreux sur le terrain en Suisse romande, c’est hallucinant ! »

Décollage

Parce qu’elle brûle de se lancer dans l’arène et qu’elle a tant de choses à y dire, Safi se jette sans filet dans un premier one-woman show : Oasis. Une oasis qui ne sera pas de tout repos. Accompagnée à l’écriture par Marjorie Guillot et à la mise en scène par Georges Guerreiro, elle campe un personnage complètement à côté de ses pompes, Sofia Blues, sorte de Huggy les bons tuyaux de la rupture. En l’occurrence, la donneuse de conseils éclairés n’a rien réglé de son cas personnel. Sofia Blues se meurt encore d’amour pour son ex et Safi fait rire aux larmes dans ce rôle de femme en pleine décompensation amoureuse. Résultat : on se presse et se compresse au Saltimbanque, micro-théâtre situé dans le quartier des Grottes à Genève où Oasis a élu domicile. Rapidement, la jauge de 15 places est poussée à 40. Il fait chaud, les gens dégoulinent mais continuent à s’agglutiner. « Un soir, une femme est tombée dans les pommes à cause de la chaleur. Elle a dû être évacuée. Le public a cru que cela faisait partie du spectacle. Dans le feu de l’action, j’ai surfé sur la vague avec quelques vannes pour rattraper le coup, mais à l’intérieur, j’étais décomposée. Comble du malaise, au premier rang, j’aperçois la critique de théâtre Marie-Pierre Genecand avec son petit calepin… Elle riait. Les jours suivants, elle m’a consacrée un article-portrait : un vrai cadeau ! »

Après ce premier défi kamikaze relevé haut la main, Safi développe une sensibilité accrue au racisme environnant. Dans sa tête et son cœur mijote une envie de remettre le couvert avec des outils plus tranchants et acérés. « Plusieurs figures de femmes me hantaient mais Joséphine Baker revenait sans cesse. Je pensais à elle, on m’offrait des livres sur elle, je tombais sur un documentaire la concernant, on me disait que je lui ressemblais. J’ai laissé infuser, jusqu’au moment où j’ai eu le déclic : c’est elle ! »

 

“Je brûle de Joséphine” ©Lauren Pasche

« Plusieurs figures de femmes me hantaient mais Joséphine Baker revenait sans cesse (…) J’ai laissé infuser, jusqu’au moment où j’ai eu le déclic : c’est elle ! » 

“Je brûle de Joséphine” ©Lauren Pasche

Quatre ans plus tard, Safi créé à La Parfumerie de Genève un spectacle intime, viscéral et engagé sous le titre incandescent : Je brûle de Joséphine. Il ne s’agit pas d’une biographie théâtralisée mais d’une pièce personnelle qui puise sa fougue dans l’aura de Joséphine Baker. « Elle était présente en filigrane, sa personnalité produisant un écho profond en moi, femme métisse et artiste, en 2020 ». Le ton mordant, la dimension critique et les points de vue personnels défendus par le spectacle ont défrisé les admirateurs superficiels de Joséphine Baker, comme les férus d’entertainment*** ou de danses dénudées en pagnes de bananes. « S’attaquer à une figure qui appartient à tout le monde expose à la polémique. L’un des personnages que j’interprétais dans ce solo était celui d’une femme blanche qui fantasme sur le corps noir, pour lequel elle éprouve autant de dégoût que de fascination. Ce personnage a tout particulièrement dérangé certains spectateurs, ce n’était pas évident certains soirs ».

Que de bouleversements depuis cette création en 2020. Le mouvement de lutte contre le racisme Black Live Matter né aux USA il y a une dizaine d’années est brusquement et tristement devenu un phénomène international après le décès de George Floyd en mai 2020. Des spectacles comme Je brûle de Joséphine semblent plus que jamais nécessaires. « Si je reprenais ce spectacle, je le retravaillerai comme une pâte à pain en me questionnant sur ce qui a changé en deux ans. J’ai, entre autres, fait ce spectacle pour nous, pour la communauté afro-descendante, trop rare au théâtre. Cela m’a bouleversée de voir autant de personnes noires dans la salle. Aux saluts, je voyais souvent des femmes de couleur pleurer. Certaines sont revenues avec leur fille, noire ou métisse. Le mot a circulé dans la communauté et attiré plein de gens qui ne viennent jamais au théâtre. Le simple fait d’en parler me chauffe et me rappelle l’impact produit par les représentations. Contre toute attente, j’ai bénéficié d’une belle couverture presse. Il y a de la matière… Il ne faut pas que je lâche ! »

Exploration

Un autre bouleversement a soufflé sur la vie de Safi depuis sa dernière création : elle est devenue maman. Une maternité qu’elle qualifie de « tsunami psychique, physiologique, physique et émotionnel ». Remuée de la tête aux pieds, elle vit sa grossesse comme elle vit le reste : avec une passion dévorante. « J’ai eu envie de tout donner à ce bébé. Pour me consacrer entièrement à la grossesse et à son arrivée, j’ai refusé les projets que l’on me proposait, y compris post partum. Et franchement, j’ai adoré être enceinte. En plus, j’étais complètement shootée par les hormones. Mais après, je me suis fait gifler par la réalité ».

Safi retourne au Burkina avec son petit garçon, après une très longue absence. « Je n’y étais pas retournée depuis les funérailles de mon père, 19 ans auparavant… J’ai fait mon grand retour avec mon bébé. En arrivant, j’ai réalisé qu’une petite partie de moi croyait que mon père vivait encore là-bas. Or, une fois sur place, j’ai bien compris qu’il n’était nulle part. Je ne reconnaissais rien, c’est comme si je disparais moi aussi. Je pensais revenir aux sources, mais tout était asséché. Ma propre identité de femme métisse a été ébranlée. C’était très violent. Aujourd’hui, mon fils a un an et demi. Sa naissance a bouleversé énormément de choses, qui n’avaient jusqu’à lui, jamais été bouleversées, notamment du rapport à ma bi-culture, mais aussi vis-à-vis de ma place dans ma famille, ma place dans le monde, en tant que femme. Toutes les cartes ont été redistribuées avec l’arrivée de mon enfant. »

« J’ai vécu la maternité comme un tsunami psychique, physiologique, physique et émotionnel (…) Toutes les cartes ont été redistribuées avec l’arrivée de mon enfant. »

Explosion

Les révolutions intimes et les bouleversements collectifs agissent. Safi affirme ses intuitions en même temps qu’elle questionne le sens à donner à l’acte artistique. « En ce moment, je suis à feu doux, je laisse mûrir mais je sens qu’à un moment donné, cela deviendra très clair ». Vus de l’extérieur, ses engagements semblent déjà aussi ciblés qu’assumés.

En témoigne son actuelle collaboration avec Cédric Djedje, qui initie, met en scène et interprète Vielleicht un spectacle sur les fantômes de la colonisation, dont l’écriture a été confiée à Ludovic Chazaud – metteur en scène et auteur bien-connu des scènes romandes – ainsi qu’à la chercheure et activiste Noémi Michel. « Ce projet fait partie des évidences » confie Safi. « Nous sommes deux sur scène ; Cédric Djedje et moi. Et c’est tout le contexte de ce projet qui me fait vibrer ».

Parallèlement aux créations, la jeune femme ose l’incursion directe du réel dans sa pratique artistique. Récemment, elle a mené avec son complice Léo Mohr des ateliers de théâtre destinés à huit jeunes, originaires d’Érythrée. « Je ne fais pas ça pour eux, mais avec eux » précise-t-elle. « Je pioche dans leurs histoires, leurs souvenirs, mais parfois aussi dans la danse traditionnelle. Là aussi, je sens que ce que je fais est juste et que je suis là où je dois ».

Hasard du calendrier ou mystérieux alignement de planètes, il y a quelques semaines seulement, Safi était maîtresse de cérémonie d’une immense Fête en l’honneur de son père, décédé il y a 20 ans. La célébration – implantée dans des jardins communautaires à proximité des Bains des Cressy – a réuni des musiciens et danseurs burkinabés venus de toute l’Europe pour des jams-concerts. Un moment de partage unique, clôt par une projection du film consacré à Paco Yé. L’initiative est aussi titanesque que le bouleversement émotionnel remuant, mais, même remuée, Safi fait front.

Projection

L’hyper-active hyper-engagée conserve un ardent désir de jouer et tout particulièrement celui de passer devant la caméra. « Je joue au théâtre depuis mes 10 ans, et j’ai envie de nouveaux défis, le cinéma en est un ». Dernièrement, elle manque de très peu un rôle pour une série RTS tournée à Genève, coproduite entre la Suisse et la France :  Délits mineurs, un drame policier qui aborde la réalité judiciaire des mineurs non accompagnés. Les trois rôles principaux : une enquêtrice de la brigade criminelle, une éducatrice et une juge, sont féminins. « Après avoir lu le pitch, mon cœur a fait boum. Je n’en ai pas dormi de la nuit et ne pensais plus qu’à ça. Trois jours plus tard, la directrice de casting m’appelle pour l’un des trois rôles. Je suis tombée de ma chaise. Nous n’étions plus que deux, une actrice parisienne et moi. C’est finalement l’autre comédienne qui a été choisie… »

Déçue oui, mais certainement pas découragée, Safi déborde au contraire d’envies et d’idées pour manifester son désir de tourner. Elle monte une bande-démo d’images exclusivement extraites de séries et de films de cinéma, elle renouvelle les photos de son book. « J’ai un regain d’énergie. J’ai donc décidé de me signaler aux boîtes de production, aux directeur.ices de casting et aux réalisateur.ices. J’ai la chance d’être déjà inscrite dans une boucle, ce qui fait que l’on m’appelle pour certains castings. Si cela ne marche pas, cela ne marche pas, mais j’aurai entrepris le maximum. Comme le dit Oxmo Puccino**** : “Parfois, dire non aux autres, c’est se dire oui à soi-même.” J’ai reçu de mes parents la confiance en l’avenir, et en nos métiers. Mon petit garçon lui aussi m’apporte énormément de force. Pour lui, il est encore plus évident qu’il y a des choses que j’ai envie de dire et de défendre. J’ai aussi la chance d’être en couple depuis 10 ans avec un homme qui m’apporte un immense soutien. Nous sommes très différents mais je crois que nous nous admirons mutuellement. Il est posé, cartésien, rationnel, calme, extrêmement intelligent, pointu et surtout très drôle. Il enseigne l’histoire-géo. Il est le premier à me soutenir dans mes activités artistiques mais aussi à m’aider à conscientiser la portée éthique et politique du théâtre. Il est mon précieux conseiller. Par exemple, l’année prochaine, j’ai potentiellement un rôle dans un film qui traite de la migration et il m’encourage à me documenter à fond sur le sujet pour créer le rôle en toute conscience. Il me renvoie à d’autres références et nourrit chez moi une forme de saine exigence ».

 Femme que le feu de l’action épanouit, Safi n’a pas fini de brûler les planches ni de crever l’écran.

Portrait signé Laure Hirsig

 * Sapeur : néologisme qui vient de sape, acronyme de société des ambianceurs et personnes élégantes. Jeu de mots avec le verbe se saper. En Afrique, un sapeur est un homme qui s’habille avec élégance ; dandy.

** OFC : Office Fédéral de la Culture (Suisse)

*** Entertainment : mot anglais pour signifier divertissement.

**** Oxmo Puccino : rappeur et penseur franco-malien né en 1974.

 

Safi aux côtés de Françoise Boillat “Les Rebelles”©Guillaume Perret

« Aujourd’hui, je dis non à tous les rôles qui enferment les femmes et les hommes noirs dans des stéréotypes. Valider la caricature ne permet pas de briser la chaîne, ni de modifier les habitudes de casting. »

A lire aussi

Toutes les rencontres

“Le génie des ingénu.e.s” (acte II)

Suite du feuilleton avec Lokman Debabeche. À 23 ans, il démarre sa 3ème année à l’école des Teintureries de Lausanne, enrichi par un parcours personnel qui associe turbulence et sagesse. Surprise et délectation me gagnent dans la découverte de cette personnalité au charme oxymorique.
En écho, les belles confidences de Nathalie Lannuzel, qui depuis une décennie dirige les Teintureries, en développant une pensée artistique raffinée et éthique.

Scène suisse: un pont pour danser en Avignon

L’an prochain, Laurence Perez cédera les rênes de « Sélection suisse en Avignon » à Esther Welger-Barboza. En attendant, l’actuelle directrice artistique et exécutive couve une ultime volée dont elle défend avec détermination la singularité.

“Le génie des ingénu.e.s” [acte I] avec Liv Van Thuyne et Serge Martin

Pour inaugurer ce feuilleton, je m’entretiens avec Liv Van Thuyne, 22 ans, élève de 1ère année à l’école Serge Martin. Malgré son jeune âge, elle s’est déjà frottée au large spectre des arts, sensible aux subtilités qu’offre chacun d’eux. En écho, la magie de la pensée concentrée du maître Serge Martin, qui dit tant en si peu de mots.

Le théâtre-zèbre de Marielle Pinsard

Marielle Pinsard m’a offert mon premier plongeon théâtral. Alors que l’année 2001 allait s’éteindre, Marielle mettait le feu aux poudres avec Comme des couteaux, pièce dont elle était à la fois l’auteure et la metteure en scène.

Michel Vinaver, homme de l’être

Dramaturge et écrivain, mais aussi ancien chef d’entreprise, Michel Vinaver s’est éteint ce 1er mai à 95 ans. En hommage, les extraits d’un entretien accordé il y a quelques années.

Rétrofuturiste (IV): Jean-Louis Johannides, into the wild

Signée Laure Hirsig, la série “Rétrofuturiste” questionne les comédien.ne.s sur leur passé et les invite à scruter l’avenir. Pour ce 4e volet, on part à la conquête des grands espaces aux côtés de Jean-Louis Johannides.

Mali Van Valenberg se mêle au vent

Série “J’ai deux amours” (VI). Parce qu’il vaut mieux avoir plusieurs cartes dans son jeu, certain.e.s comédien.ne.s partagent leur temps entre plusieurs activités. Pour cet ultime volet, Laure Hirsig parle écriture avec Mali Van Valenberg.

Alexandra Marcos, voix double

Série “J’ai deux amours” (V). Parce qu’il vaut mieux avoir plusieurs cartes dans son jeu, certain.e.s comédien.ne.s partagent leur temps entre plusieurs activités. Pour ce nouveau volet, Laure Hirsig suis les “voies” d’Alexandra Marcos.

Paroles de scénaristes : où en est la Suisse?

Depuis sa création en 2003, la Haute école des arts de la scène, implantée à Lausanne, n’a cessé de déployer le champ de ses recherches artistiques tout en multipliant ses filières. Au point qu’elle se sent désormais un peu à l’étroit entre les murs de l’ancienne usine de taille de pierres précieuses.

La Manufacture: la conquête de l’espace

Depuis sa création en 2003, la Haute école des arts de la scène, implantée à Lausanne, n’a cessé de déployer le champ de ses recherches artistiques tout en multipliant ses filières. Au point qu’elle se sent désormais un peu à l’étroit entre les murs de l’ancienne usine de taille de pierres précieuses.

Sébastien Ribaux, l’amour de la psyché

Série “J’ai deux amours” (IV). Parce qu’il vaut mieux avoir plusieurs cartes dans son jeu, certain.e.s comédien.ne.s partagent leur temps entre plusieurs activités. Laure Hirsig dévoile le “double je” de Sébastien Ribaux.

Delphine Lanza, au Pays des merveilles

Série “J’ai deux amours” (III). Parce qu’il vaut mieux avoir plusieurs cartes dans son jeu, certain.e.s comédien.ne.s partagent leur temps entre plusieurs activités. Laure Hirsig dévoile les “multiples palettes” de Delphine Lanza.

Noémie Griess, au plateau et au micro

Série “J’ai deux amours” (II). Parce qu’il vaut mieux avoir plusieurs cartes dans son jeu, certain.e.s comédien.ne.s partagent leur temps entre plusieurs activités. Pour ce deuxième volet, Laure Hirsig échange avec Noémie Griess sur ce “double jeu”.

Garance La Fata, l’esprit boomerang

Série “J’ai deux amours” (I). Parce que la vie ne s’arrête pas à la scène, certain.e.s comédien.ne.s s’emploient à jouer un rôle bien ancré dans le réel. Pour ce volet inaugural, Laure Hirsig échange avec Garance La Fata sur ce “double jeu”.

Joël Hefti, portrait extérieur

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce sixième volet de la série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien Joël Hefti.

Roberto Garieri, de chair et de mots

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce cinquième volet de la série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien Roberto Garieri.

Le parler swing de Roberto Molo

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce quatrième volet de la série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien Roberto Molo.

Djamel Bel Ghazi, tempête sous un crâne

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce troisième volet de la série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien Djamel Bel Ghazi.

Xavier Loira, dandy cash

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce deuxième volet de la série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien Xavier Loira.

Boubacar Samb, sentinelle sans tabou

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce premier volet d’une série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien d’origine sénégalaise, Boubacar Samp.

Carlo Brandt, l’homme renversé (II)

Pour nous, Carlo Brandt a prêté ses traits au visage inquiet et brut du monde. Comédien d’exception, il se livre dans un portrait intime dressé par Laure Hirsig. Second et dernier chapitre d’un entretien sans fard.

Carlo Brandt, l’homme renversé (I)

Pour nous, Carlo Brandt a prêté ses traits au visage inquiet et brut du monde. Comédien d’exception, il se livre dans un portrait intime dressé par Laure Hirsig. Premier chapitre.

Fatal(e)s VI: Julia Perazzini chatouille l’invisible

Avec “Fatal(e)s”, Laure Hirsig poursuit sa série d’entretiens sous l’égide d’Eros et Thanatos. Pour ce dernier volet, elle se laisse entraîner par la comédienne Julia Perazzini dans les limbes de l’enfance.

Isabelle Caillat au coeur de la crise

La comédienne genevoise s’impose en femme de tête et de coeur dans « Cellule de crise », nouvelle série signée Jacob Berger qui nous dévoile les arcanes de l’humanitaire. Entretien à la veille de la diffusion.

Y’a-t-il encore un.e auteur.e dans la salle?

Acteur.trice à la fois central et à part, l’auteur.e d’un spectacle ou d’un film doit composer avec des contraintes qui laissent peu de place à l’ego. Trois d’entre eux/elles nous parlent de leur pratique.

Alain Mudry, colosse au clair de lune

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce sixième “Traversée en solitaire”, on se met sur orbite avec Alain Mudry.

Serge Valletti brise le glas à Avignon

Acteur, auteur, scénariste aux côtés du réalisateur Robert Guédiguian, Serge Valletti a mis du baume aristophanesque sur les plaies du festival avorté. Rencontre.

Arblinda Dauti, la perle noire

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce cinquième “Traversée en solitaire”, on se fait la belle avec Arblinda Dauti.

David Valère, l’homme debout qui met le chaos K.O.

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce quatrième “Traversée en solitaire”, on fend les flots avec David Valère.

Olivia Csiky Trnka, l’extra-terrienne

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce troisième “Traversée en solitaire”, on décolle aux côtés d’Olivia Csiky Trnka.

Raphaël Vachoux, sans peur ni reproche

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce deuxième “Traversée en solitaire”, on embarque aux côtés de Raphaël Vachoux.

Jacques Michel, l’échappée belle

En six décennies de carrière, le comédien a endossé tous les costumes. Acteur dans tous les sens du terme, il a construit une histoire qui déborde la sienne, celle du théâtre romand. Portrait.

Lola Giouse, Miss en tropisme

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude, ses charmes comme sa nocivité dans leur parcours et leur pratique. Pour cette première “Traversée en solitaire”, on largue les amarres avec Lola Giouse.

Le théâtre dans la peau (VI)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Sixième acte avec la comédienne Françoise Boillat.

Un dernier café avec Michel Piccoli

L’acteur nous a quitté le 12 mai, à l’âge de 94 ans. En guise d’hommage, des extraits inédits d’un entretien accordé à Lionel Chiuch à l’occasion de la tournée de “Minetti”, de Thomas Bernhard.

Le théâtre dans la peau (V)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Cinquième acte avec le comédien Julien Tsongas.

Le théâtre dans la peau (IV)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Quatrième acte avec le comédien Sandro De Feo.

“Il reste dans la culture une sorte de mépris de classe”

Après un septennat à la tête du GIFF, Emmanuel Cuénod s’apprête à en remettre les clés. Dans un long entretien sans langue de bois, il nous parle du festival genevois et donne quelques coups de griffe à la politique culturelle suisse.

Le théâtre dans la peau (III)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Troisième acte avec le comédien François Revaclier.

Le théâtre dans la peau (II)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Deuxième acte avec la comédienne Valérie Liengme.

Le théâtre dans la peau (I)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Premier acte avec la comédienne Joëlle Fontannaz.

Monica Budde, la voix libre

D’Andromaque de Racine au personnage de A de Sarah Kane, la comédienne Monica Budde campe des femmes qui, comme elle, ne s’en laissent pas conter. Portrait en toute liberté.

Braqueur de banques!

Alors que la saison 2 de « Quartier des banques » débarque sur les écrans, son réalisateur, Fulvio Bernasconi, nous parle de son rapport aux comédien(ne)s.

“L’avantage ici, c’est le Système D”

A la Chaux-de-Fonds, pays des merveilles mécaniques, on croise moins de lapin blanc que de drapeau noir. La comédienne Aurore Faivre brandit celui d’un théâtre qui ose et qui place l’humain au centre.

“Il faut rester punk dans l’âme”

Acteur, metteur en scène, raconteur d’histoires et tricoteur de fictions, Frédéric Polier continue de croiser le fer pour un théâtre généreux et rebelle.

“Nous vivons l’époque du théâtre selfie”

Avec l’amour, la haine n’est jamais très loin. Acteur, auteur, metteur en scène mais aussi musicien, Daniel Vouillamoz effeuille volontiers la marguerite quand il parle de théâtre, cet « art pathétiquement inutile et pourtant essentiel ».

“C’est vrai, je ne connais pas de barrière”

Acteur puissant et subtil, Gilles Tschudi n’hésite pas à se mettre à nu, comme dans « Souterrainblues », mis en scène par Maya Bösch il y a près de dix ans au Grütli. Mais l’homme dévoile volontiers aussi ce qui « l’agit » et dresse ici une véritable métaphysique du jeu.

Théâtre des Osses, théâtre de chair

On prend les chemins de traverse jusqu’à Givisiez pour y rencontrer Geneviève Pasquier et Nicolas Rossier. Leur nouvelle saison regarde la planète en face.

Carole Epiney, névrosée à temps partiel

Elle était impeccable dans « Les névroses sexuelles de nos parents ». La valaisanne Carole Epiney affronte les aléas de la vie de comédienne romande avec une belle énergie.

Il y a plus de compagnies que de films

Critique à la Tribune de Genève, Pascal Gavillet est un habitué du cinéma suisse, dont il connait bien les mécanismes. On fait le point avec lui.