“Nous vivons l’époque du théâtre selfie”

Avec l’amour, la haine n’est jamais très loin. Acteur, auteur, metteur en scène mais aussi musicien, Daniel Vouillamoz effeuille volontiers la marguerite quand il parle du théâtre, “art pathétiquement inutile et pourtant essentiel”

Le théâtre, c’est toujours une histoire. Celle d’un art. Celle qui se déploie sur un plateau. Celle qu’il faut bien vivre à défaut de la vivre bien, quant on sait à quel point l’exercice colporte son lot de déconvenues. Cette histoire-là, faite de hauts et de bas, Daniel Vouillamoz la traverse depuis près de quatre décennies. Depuis qu’à la faveur d’une rencontre avec Raoul Pastor, alors fraîchement émoulu du Conservatoire, il s’est retrouvé propulsé sur une scène.

Jusque là, pour le jeune étudiant « nanti », le théâtre c’était « ringard ». « Quand je voyais mes amis sortir de scène avec leurs costumes, genre “Les Précieuses ridicules”, j’avais honte pour eux », confie-t-il dans un sourire. Si l’esprit critique ne s’est pas totalement estompé, de solides affinités ont fait surface.  « Raoul est venu me chercher aux Beaux-Arts parce qu’il savait que je jouais du piano ». Sur scène, quelques répliques agrémentent les notes. « J’ai pris un pied gigantesque à dire mon texte face au public ». Très vite, le futur directeur du Théâtre des Amis à Carouge tempère cet enthousiasme. « Après m’avoir fait passer un casting pour une pièce de Sartre, il m’a dit : « Daniel, t’es marrant dans la vie, mais sur un plateau… c’est le massacre. Oublie. Oublie ». A cette double injection succède l’heureuse invitation de Georges Wod, qui vient de reprendre les rênes du Théâtre de Carouge – nous sommes en 1981. L’acteur se souvient : « Je ne savais même pas ce qu’était le théâtre. Je ne connaissais pas Tchekhov, Molière ça me dégoutait presque. J’avais fait une petite fable d’Anouilh au Conservatoire où Wod donnait des cours, il avait trouvé sympa. Et quelque jours plus tard je me retrouve dans “La Locandiera” avec François Germond. En dix secondes, j’ai une costumière qui me fait un costume en satin, on me met une perruque, on me dit : voilà, tu vas faire un petit rôle. Et j’ai été payé 5000 balles. Je faisais du théâtre depuis à peine une semaine et j’ai été engagé tout de suite sur une scène magnifique avec tout ce monde en costume, un texte magnifique de Goldoni, de superbes acteurs ».

Recalé à l’ESAD à une voix près, Daniel Vouillamoz ne baisse pas les bras. Chaque obstacle lui est un carburant. Il réunit un groupe de candidats malheureux – dont Vincent Perez – , se lance dans « des expériences bizarres ». Puis, « dans une espèce d’inconscience absolue », décide d’écrire sa première pièce « pour assister à quelque chose qui n’a pas encore existé ». « Ecrire, c’est comme une sensation d’ivresse », commente-t-il. L’abstinence, ce n’est pas son truc. Daniel écrit donc. Beaucoup. Des pièces, des scénarios, un long-métrage. « Je suis très mauvais pour raconter des histoires en improvisant, pour raconter des gags. Mais quand je fais dialoguer des gens, je peux y arriver… et je commence à avoir un certain savoir-faire, j’ai des trucs techniques pour rendre une scène intéressante, je sais la tirer quelque part, ou ne pas la tirer. Mais parfois les personnages font des choses qui m’étonnent complètement, et je peux très bien après une scène ou une réplique me lever en hurlant de rire ».

Le rire, oui, parce que « l’humour (l)’aide à vivre ». Le rire, comme celui qui l’a submergé la première fois qu’il a ouvert “Gros-Câlin”, de Romain Gary. « J’ai lu ce bouquin dans le train et j’ai pleuré de rire. Mais c’était un problème : quand tu pleures, tu n’arrives plus à lire. Je devais m’essuyer pour continuer. Je hurlais de rire, les gens à côté se demandaient ce qui m’arrivait. Ça a été une sorte de secousse, un tsunami. Je rencontrais un type d’humour qui résonnait formidablement avec ma psyché ». Des années plus tard, alors qu’il est au fond du trou, il repense à cette euphorie-là et décide d’adapter le roman. « J’ai essayé d’obtenir les droits, personne ne répondait. Donc j’ai écrit à Diego Gary, le fils de Romain. Silence radio. Finalement, je lui ai envoyé une lettre à choix multiple, qui commençait par – Vous me les brisez : oui, non, ne sais pas. Et qui finissait par  – Votre adaptation est absolument magnifique, vous avez tous les droits : oui, non, ne sais pas. Il a mis oui. Et il a signé. J’ai fait ce spectacle pendant trois ans. J’ai eu un prix en Belgique, en France, et j’ai découvert quelque chose: j’avais un super spectacle, qui me touchait beaucoup, me faisait beaucoup rire, et j’avais le public de Romain Gary, le public d’Emile Ajar, celui du théâtre et celui de “Gros-Câlin”… ça faisait beaucoup de publics donc on a fait le plein partout ».

Gary, donc, en flamboyant compagnon romanesque. Mais aussi Houellebecq, Despentes, Benchetrit ou encore Flaubert. « Les grands auteurs ont une grande différence avec ceux d’aujourd’hui qui sont les acteurs d’eux-mêmes : c’est qu’ils s’intéressent aux autres. Ils s’intéressent à toute la société. Et dans les pièces du répertoire, il y a toute la société. Il y a les pauvres, les jeunes, les vieux, les riches. Et ça, j’espère que ça reviendra parce que c’est un allié pour les spectacles. En terme d’efficacité, il y a déjà la moitié du travail qui est fait. Je trouve qu’il y a une puissance chez un grand auteur qu’il n’y a pas chez quelqu’un qui délivre un témoignage plus ou moins personnel ». Ouvrir le champs, oui, quand la tendance est plutôt au « théâtre selfie », comme il l’appelle. « C’est aussi intéressant, ça révèle quelque chose, poursuit Daniel Vouillamoz. C’est l’acteur qui va te livrer un témoignage personnel – il est assez jeune en général parce qu’il sort d’une école où il a appris à faire ce genre de choses – dans le cadre d’une compagnie, qu’il a créée avec ses camarades, donc une microsociété ».

De toutes façons, en mode universel ou nombriliste, le théâtre reste pour lui ce « quelque chose qui met du sens dans la vie ». Du « champagne » à déguster ou à servir. L’ivresse, toujours. Celle des chocs esthétiques, des débats fiévreux qui les accompagnent. « C’est là que tu te dis que, plus qu’au cinéma, ça génère de l’agora, de la discussion, du conflit, même avec toi-même. Tu discutes avec un copain, vous avez vu le même spectacle, c’est un type avec qui tu es souvent d’accord, et l’amitié passe aussi par là. Mais admettons que tu as détesté ce spectacle et pas lui. Alors ça peut devenir délicat. Je me surprends quand même à avancer sur des œufs. Et l’autre va aussi se calibrer. C’est une vraie dramaturgie dans la vie quotidienne. C’est vraiment puissant ».

Puissance et gloire. Ou pas, d’ailleurs. Qu’importe. Tant que l’on peut communiquer. Par l’écriture. Le chant. La musique. Le jeu. La mise en scène. Tout ce qui rassemble Daniel Vouillamoz et lui ressemble. Et pour la conclusion, on lui laisse la parole : « Et au final, la vraie question c’est : à quoi ça sert ? De consacrer du temps à ça ? De se foutre parfois en rogne ? Pourquoi ? Si tu sais pourquoi, alors tu vas avoir peut-être avoir du plaisir et communiquer quelque chose. C’est Peter Brook qui, dans “L’espace vide”, évoque le pressentiment. Voilà, c’est ça : il faut pressentir que quelque chose va se passer… »

 

A lire aussi

Toutes les rencontres

Alain Mudry, colosse au clair de lune

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce sixième “Traversée en solitaire”, on se met sur orbite avec Alain Mudry.

Serge Valletti brise le glas à Avignon

Acteur, auteur, scénariste aux côtés du réalisateur Robert Guédiguian, Serge Valletti a mis du baume aristophanesque sur les plaies du festival avorté. Rencontre.

Arblinda Dauti, la perle noire

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce cinquième “Traversée en solitaire”, on se fait la belle avec Arblinda Dauti.

David Valère, l’homme debout qui met le chaos K.O.

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce quatrième “Traversée en solitaire”, on fend les flots avec David Valère.

Olivia Csiky Trnka, l’extra-terrienne

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce troisième “Traversée en solitaire”, on décolle aux côtés d’Olivia Csiky Trnka.

Raphaël Vachoux, sans peur ni reproche

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce deuxième “Traversée en solitaire”, on embarque aux côtés de Raphaël Vachoux.

Jacques Michel, l’échappée belle

En six décennies de carrière, le comédien a endossé tous les costumes. Acteur dans tous les sens du terme, il a construit une histoire qui déborde la sienne, celle du théâtre romand. Portrait.

Lola Giouse, Miss en tropisme

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude, ses charmes comme sa nocivité dans leur parcours et leur pratique. Pour cette première “Traversée en solitaire”, on largue les amarres avec Lola Giouse.

Le théâtre dans la peau (VI)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Sixième acte avec la comédienne Françoise Boillat.

Un dernier café avec Michel Piccoli

L’acteur nous a quitté le 12 mai, à l’âge de 94 ans. En guise d’hommage, des extraits inédits d’un entretien accordé à Lionel Chiuch à l’occasion de la tournée de “Minetti”, de Thomas Bernhard.

Le théâtre dans la peau (V)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Cinquième acte avec le comédien Julien Tsongas.

Le théâtre dans la peau (IV)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Quatrième acte avec le comédien Sandro De Feo.

“Il reste dans la culture une sorte de mépris de classe”

Après un septennat à la tête du GIFF, Emmanuel Cuénod s’apprête à en remettre les clés. Dans un long entretien sans langue de bois, il nous parle du festival genevois et donne quelques coups de griffe à la politique culturelle suisse.

Le théâtre dans la peau (III)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Troisième acte avec le comédien François Revaclier.

Le théâtre dans la peau (II)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Deuxième acte avec la comédienne Valérie Liengme.

Le théâtre dans la peau (I)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Premier acte avec la comédienne Joëlle Fontannaz.

Monica Budde, la voix libre

D’Andromaque de Racine au personnage de A de Sarah Kane, la comédienne Monica Budde campe des femmes qui, comme elle, ne s’en laissent pas conter. Portrait en toute liberté.

Braqueur de banques!

Alors que la saison 2 de « Quartier des banques » débarque sur les écrans, son réalisateur, Fulvio Bernasconi, nous parle de son rapport aux comédien(ne)s.

“L’avantage ici, c’est le Système D”

A la Chaux-de-Fonds, pays des merveilles mécaniques, on croise moins de lapin blanc que de drapeau noir. La comédienne Aurore Faivre brandit celui d’un théâtre qui ose et qui place l’humain au centre.

“Il faut rester punk dans l’âme”

Acteur, metteur en scène, raconteur d’histoires et tricoteur de fictions, Frédéric Polier continue de croiser le fer pour un théâtre généreux et rebelle.

“C’est vrai, je ne connais pas de barrière”

Acteur puissant et subtil, Gilles Tschudi n’hésite pas à se mettre à nu, comme dans « Souterrainblues », mis en scène par Maya Bösch il y a près de dix ans au Grütli. Mais l’homme dévoile volontiers aussi ce qui « l’agit » et dresse ici une véritable métaphysique du jeu.

Théâtre des Osses, théâtre de chair

On prend les chemins de traverse jusqu’à Givisiez pour y rencontrer Geneviève Pasquier et Nicolas Rossier. Leur nouvelle saison regarde la planète en face.

Carole Epiney, névrosée à temps partiel

Elle était impeccable dans « Les névroses sexuelles de nos parents ». La valaisanne Carole Epiney affronte les aléas de la vie de comédienne romande avec une belle énergie.

Il y a plus de compagnies que de films

Critique à la Tribune de Genève, Pascal Gavillet est un habitué du cinéma suisse, dont il connait bien les mécanismes. On fait le point avec lui.

Quoi de neuf ?

Inscrivez-vous à la newsletter hebdomadaire de Comedien.ch pour recevoir la liste des spectacles dont la 1ère aura lieu cette semaine