Carlo Brandt, l’homme renversé (II)

La première fois, je t’ai vu tête-bêche, traversé par le verbe de Dostoïesvki ; tu portais seul Le Rêve d’un homme ridicule sur la scène du Théâtre Saint-Gervais. Bientôt 15 ans de cela, mais une image s’accroche de toutes ses épines à ma rétine. À fleur de mémoire, ton visage renversé avait jeté l’ancre par les yeux. Tout tournait autour de cette paire de trous noirs, cloués au cœur de la cible ; ton faciès retourné. Suite et fin de notre entretien.

 

(crédit photo page d’accueil: Olivier Michoud)

Crédit: Carlo Brandt

Quittons la ligne de vie, pour suivre le fil de la pensée d’un artiste qui obsède les plateaux de théâtre, de cinéma et de télévision depuis les années 80. Vu le pedigree du Monsieur, la question de l’interprétation et de son renouvellement titille. Comment trouver la résonance de l’œuvre à raconter ? Comment rester inspiré à l’échelle de centaines de rôles ? Carlo Brandt répond franco : le texte est l’unique source à laquelle il s’abreuve. Il l’aborde comme une équation à une inconnue. « Je dois trouver la valeur de X, point barre. L’homme a reçu la parole et même la fiction ; nous devons les respecter. Pour moi, le sacré est là. Je ne peux pas entrer dans un temple et pisser partout ». Pour lui, entrer dans le texte ; c’est chercher une orientation pour chaque phrase. Il en va de la responsabilité de l’acteur. « Le spectateur se met en position de croire le plateau. Il emporte avec lui les valeurs qui en émanent. Si tu lui donnes de la merde à manger, il s’empoisonne. Comme dans les autres secteurs d’activité, tout le monde ne se destine pas au théâtre par vocation. Certains sont motivés par le fun, le fric, la notoriété, le pouvoir. Edward Bond dit que le texte est un cheval sauvage sur lequel il faut monter, puis apprivoiser avant de pouvoir voyager avec lui. Il y a malheureusement des gens qui n’aiment pas les animaux ».

Carlo refuse d’aller à rebrousse-poil du texte. Selon lui, la tendance aux références hasardeuses et autres inductions fantasques trahit une défaillance de mise en scène. Tuer le texte comme si l’on tuait Dieu ne fait pas sens. Cette mode tardive au théâtre, traîne la patte derrière les beaux-arts qui manient les concepts iconoclastes depuis un demi-siècle déjà. « Pourquoi monter aujourd’hui un Hamlet qui n’en a que le titre ? Dans les musées, l’art conceptuel a désacralisé l’objet depuis longtemps, jusqu’à le rendre ringard ». L’œuvre plastique dématérialisée a alors cédé les cimaises aux commentaires intellectuels. Mais l’on parle d’un temps que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître. Depuis, le bricolage est réapparu sans complexe dans les expositions branchées. Le bois, le geste, les matières, le corps même – ô miracle – s’aventurent à nouveau dans les ateliers et les musées hype.

À ce propos, et le corps dans tout ça ? « Les mots sont des corps ! De petits cadavres posés sur une feuille blanche qu’il faut faire vivre sur scène. Ils ne bougent pas sur la page mais ils s’animent dès que tu les adresses à quelqu’un. Il n’y a pas le corps d’un côté et l’esprit de l’autre ; c’est le même tissu sauf que l’un se voit plus que l’autre ». L’intrication entre eux active l’intuition, celle-là même qui sert à « sentir si l’on est dans l’axe ». La parole « éclaire, anime, dit et parle, donc elle vit. Certaines personnes, dénuées de verticalité, ne croient que ce qu’elles voient et considèrent que l’émotion est un mensonge pour l’intelligence. Or, parler à quelqu’un, c’est ouvrir un champ émotionnel autant qu’intellectuel. Dès que tu t’approches du vivant, tu ouvres un nouveau champ de dialogue qui implique le physique et le mental. Cette combinaison nous sert dans la vie, comme au théâtre.

L’idée de Révolution me semble aujourd’hui caduque. Enlevons simplement le « R »… Face à la violence raciste, sexiste, fasciste, le premier réflexe est de balancer ton poing dans la figure de l’ennemi mais on ne construit rien en s’imposant à l’autre par la violence. Quand l’idéologie pure prend le pouvoir, tu finis par t’éloigner du fond, au profit du fond… de commerce. C’est la déviance des partis politiques de droite, de gauche, du socialisme, du syndicalisme, du nationalisme. On doit reconnaître l’autre, puisque l’Autre ; c’est toi. Dans une pièce de théâtre, nous sommes tous fabriqués à partir de la même parole ; celle de l’auteur.e. Les personnages, figures, situations forment un seul corpus. Je suis sceptique vis-à-vis des copiés-collés mixant plusieurs textes. Sans un travail pointu de montage, tu détruis le sacré du corpus ». Hostile au démembrement du corps-texte, Carlo m’emmène illico dans les strates du cortex. Les expériences théâtrales cumulées ne se succèdent pas sans lien; elle s’organisent par sédimentation et rebondissent les unes sur les autres, en défiant la chronologie. Tous les personnages, toutes les fictions travaillés reposent quelque part en lui, et se réactivent à chaque nouveau rôle, par effet de ricochets. « Tout ce que tu fais laisse une trace. Les informations stockées agissent et se font écho, de manière consciente ou inconsciente ».

D’ailleurs, nos empreintes sensorielles s’inscrivent en continu, pas exclusivement dans le temps de travail, engendrant une banque d’impressions en perpétuelle expansion. « La vie est beaucoup plus puissante que tout ce que j’ai pu voir sur un plateau de théâtre. Rien ne concurrence l’intensité du réel quand je sors à 5h30 du matin avec mon chien. Le soleil se lève sur le parc des Buttes Chaumont. Je “rencontre” alors des myriades de gens » sans que la communication soit nécessairement verbale. « Je me frotte au monde dans lequel je vis en m’inscrivant dans ce mouvement général. Pourquoi octroyons-nous si peu d’importance à la machine la plus perfectionnée qui soit : le corps humain ? Nous faisons davantage confiance à l’extérieur de nous-mêmes qu’à ce qu’il s’y passe à l’intérieur. La conscience est le but ultime de la matière. Sans nous pour le percevoir, l’univers n’existe pas. Le processus en cours depuis plus de 13 milliards d’années, c’est de donner la conscience à la vie. Il a fallu que la matière s’organise mais au début, c’est de l’ordre du gribouillage d’enfants. Petit à petit, on arrive à la parole, à la fiction, à la littérature, au théâtre. Si l’on fractionne la matière en morceaux de plus en plus petits, on franchit un stade où elle se transforme en vibration. À cette échelle infinitésimale, la matière devenue vibration voyage à travers un tissu de particules fines. Aussi infimes soient-elles, elles contiennent néanmoins de l’information, imperceptible pour nos sens limités mais exprimables mathématiquement. Aujourd’hui, grâce à la physique quantique, un moine bouddhiste peut parler avec un physicien.

Sur scène, je peux sembler seul sans l’être complètement. Je danse toujours le tango avec mon partenaire-texte, même s’il s’agit d’une partition exclusivement corporelle. Le plateau, c’est là où je me sens le moins seul»

photomaton: Carlo Brandt

Parfois, Carlo sillonne la ville avec un autre fidèle compagnon ; son appareil photo. « J’ai du mal à apprendre un texte par cœur mais j’ai une mémoire photographique. Pendant le confinement du printemps dernier, j’ai pris 4200 photos dont j’ai fait une installation ; une projection-fleuve accompagnée de son. Je travaille la musique perpendiculairement aux images. Il ne s’agit pas d’illustration sonore. L’aléatoire, les coïncidences formelles et la vitesse de défilement des images produit un dialogue avec ma liste de morceaux, dont je ne détermine pas l’ordre à l’avance. Après avoir expérimenté plusieurs tempos, j’ai trouvé la vitesse de défilement des images idéale. Environ 2 heures sont nécessaires pour projeter l’intégralité des photos. Ce rythme visuel s’est révélé étonnamment organique avec celui des morceaux musicaux. Je ne sélectionne pas les “meilleures” photos, je ne les retouche pas. Mon but n’étant pas de fabriquer une image exceptionnelle, unique et originale, je garde tout et donne aussi de la valeur au “moins”. Au final, ce que tu vois est un mouvement et non une succession d’instantanés. L’ensemble est composé de belles et de moins belles images. Les belles émergent parce qu’avant elles, il y en a eu vingt ou trente sur-exposées, sous-exposées ou floues. Retoucher homogénéiserait le tout. Ce serait sans doute plus esthétique mais forcément moins vivant. Le matin il pleut, puis arrivent les nuages, avant l’éclaircie, balayée à son tour par le vent, puis revient la pluie. Mon travail photographique est très météorologique en fait. J’aime aussi dévier le focus. Une image défocalisée – c’est-à-dire pas nette – va stimuler le cerveau qui travaille pour compenser le manque de netteté. Ainsi, le spectateur produit spontanément une partie de l’image lui-même. À la télé tout est au contraire trop net ; le cerveau est tellement content de ce qu’il voit qu’il n’a plus rien à faire. Il jouit trop. Or, tu ne peux pas jouir en permanence ».

Ses expéditions photo se font en solo mais a-t-il l’âme solitaire également sur le plateau ? « Sur scène, je peux sembler seul sans l’être complètement. Je danse toujours le tango avec mon partenaire-texte, même s’il s’agit d’une partition exclusivement corporelle. Le plateau, c’est là où je me sens le moins seul. Je passe parfois pour quelqu’un d’un peu froid. J’ai compris dès l’enfance que j’entretiens un rapport assez radical au monde. J’observe beaucoup et ne sais pas faire semblant. Quand je me lève, je me demande toujours : c’est quoi ton texte aujourd’hui ? Il y a la lumière du matin… mon chien… et la conscience de chaque acte, sur scène bien sûr, mais hors scène aussi. J’adore ranger, faire le ménage, la vaisselle, m’occuper de la maison. Ces gestes répétitifs et domestiques sont pour moi aussi importants que lire, écouter un concert, aller voir Rembrandt au musée. La routine me permet d’agir sans volontariat car je n’ai plus besoin de décider ; maintenant, je fais ça, puis je ferai ça. Tu laisses faire. Le flux de la pensée n’est plus interrompu. La structure de la journée se répétant chaque jour plus ou moins de la même façon, que je sois dans un hôtel en Asie ou dans ma chambre à Paris, je peux m’appuyer dessus. Du coup, tu peux me mettre dans un taudis, dans une cave, en prison, je m’en fous. D’ailleurs, j’ai traversé les deux mois de prison militaire pour désertion davantage comme une expérience enrichissante qu’une punition. J’y ai côtoyé des gens que je n’aurais jamais rencontrés à l’air libre.

J’essaye de me connaître moi-même grâce aux grands chamans que sont Tolkien, Bond, certains peintres, certains scientifiques mais aussi grâce aux gens rencontrés dans la vie. Certains ne produisent rien de tangible mais sont eux-mêmes des créations vivantes. À l’image de l’univers, l’ego de l’homme est tout ou rien. Il représente un vide incommensurable dans lequel tu peux tout mettre. Pessoa et d’autres le disent mieux que moi. Le « je », le «moi » comme entités déconnectées du reste ; c’est n’importe quoi ! Nous ne sommes que l’un des constituants d’une entité bien plus grande et complexe. Ce que l’on perçoit de l’univers représente environ 7% de sa totalité… Des 93% restants, nous disons que c’est “rien”, sauf les poètes et quelques scientifiques visionnaires qui croient à l’invisible. La physique académique s’est développée sur l’observation et l’exploration des 7% visibles. La grande découverte de la science contemporaine a été de prendre conscience que l’on ne sait rien de l’essentiel : ce grand “rien” qui serait… plein. Les 93%, avalés par l’ombre, restent inaccessibles pour l’instant mais l’homme est une antenne, potentiellement apte à capter le contenu de ce “rien” plein. Certaines personnes pratiquant la méditation à haut niveau captent des fréquences à basse énergie, des infra-signaux imperceptibles pour la plupart d’entre nous, qui exigent un cheminement mental colossal.

Lors de la sortie du film Matrix, mon grand frère physicien m’avait dit que cette fiction cinématographique était proche des connaissances scientifiques de l’époque. De quelle nature serait le contenu des 93% ? Certains chercheurs supposent qu’il s’agit d’information diffusée à des niveaux énergétiques très bas, mais à la dimension de l’univers, cette information active une décharge énergétique gigantesque. Comme dans le film, nous cherchons à entrer dans cette matrice qui serait la somme de tout ce que l’on voit, et donc de tout le vivant, puisque tout ce qui est vivant produit et inscrit de l’information ».

Le rêve d’un homme ridicule vient de percuter Matrix en plein vol, l’art regarde la science. Les pensées satellites de Carlo tournent autour, puis ricochent, hallucinées comme celles d’un rêveur et sidérées comme celles d’un suicidé. « Dostoievski est l’un des grands passeurs » à ses yeux, des yeux avides comme des puits sans fond, des yeux qui au berceau déjà semblaient questionner: « Mais qu’est-ce que je fous là ? ». Parfois, le regard donne un vertige comparable aux questions destinées à rester sans réponse.

 

Propos recueillis par Laure Hirsig

A lire aussi

Toutes les rencontres

Alexandra Marcos, voix double

Série “J’ai deux amours” (V). Parce qu’il vaut mieux avoir plusieurs cartes dans son jeu, certain.e.s comédien.ne.s partagent leur temps entre plusieurs activités. Pour ce nouveau volet, Laure Hirsig suis les “voies” d’Alexandra Marcos.

Paroles de scénaristes : où en est la Suisse?

Depuis sa création en 2003, la Haute école des arts de la scène, implantée à Lausanne, n’a cessé de déployer le champ de ses recherches artistiques tout en multipliant ses filières. Au point qu’elle se sent désormais un peu à l’étroit entre les murs de l’ancienne usine de taille de pierres précieuses.

La Manufacture: la conquête de l’espace

Depuis sa création en 2003, la Haute école des arts de la scène, implantée à Lausanne, n’a cessé de déployer le champ de ses recherches artistiques tout en multipliant ses filières. Au point qu’elle se sent désormais un peu à l’étroit entre les murs de l’ancienne usine de taille de pierres précieuses.

Sébastien Ribaux, l’amour de la psyché

Série “J’ai deux amours” (IV). Parce qu’il vaut mieux avoir plusieurs cartes dans son jeu, certain.e.s comédien.ne.s partagent leur temps entre plusieurs activités. Laure Hirsig dévoile le “double je” de Sébastien Ribaux.

Delphine Lanza, au Pays des merveilles

Série “J’ai deux amours” (III). Parce qu’il vaut mieux avoir plusieurs cartes dans son jeu, certain.e.s comédien.ne.s partagent leur temps entre plusieurs activités. Laure Hirsig dévoile les “multiples palettes” de Delphine Lanza.

Noémie Griess, au plateau et au micro

Série “J’ai deux amours” (II). Parce qu’il vaut mieux avoir plusieurs cartes dans son jeu, certain.e.s comédien.ne.s partagent leur temps entre plusieurs activités. Pour ce deuxième volet, Laure Hirsig échange avec Noémie Griess sur ce “double jeu”.

Garance La Fata, l’esprit boomerang

Série “J’ai deux amours” (I). Parce que la vie ne s’arrête pas à la scène, certain.e.s comédien.ne.s s’emploient à jouer un rôle bien ancré dans le réel. Pour ce volet inaugural, Laure Hirsig échange avec Garance La Fata sur ce “double jeu”.

Joël Hefti, portrait extérieur

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce sixième volet de la série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien Joël Hefti.

Roberto Garieri, de chair et de mots

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce cinquième volet de la série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien Roberto Garieri.

Le parler swing de Roberto Molo

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce quatrième volet de la série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien Roberto Molo.

Djamel Bel Ghazi, tempête sous un crâne

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce troisième volet de la série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien Djamel Bel Ghazi.

Xavier Loira, dandy cash

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce deuxième volet de la série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien Xavier Loira.

Boubacar Samb, sentinelle sans tabou

Quand on est comédien.ne, un particularisme ethnique, morphologique, biographique ou culturel représente-t-il un atout? Dans ce premier volet d’une série intitulée “Mon truc à moi”, Laure Hirsig pose la question au comédien d’origine sénégalaise, Boubacar Samp.

Carlo Brandt, l’homme renversé (I)

Pour nous, Carlo Brandt a prêté ses traits au visage inquiet et brut du monde. Comédien d’exception, il se livre dans un portrait intime dressé par Laure Hirsig. Premier chapitre.

Fatal(e)s VI: Julia Perazzini chatouille l’invisible

Avec “Fatal(e)s”, Laure Hirsig poursuit sa série d’entretiens sous l’égide d’Eros et Thanatos. Pour ce dernier volet, elle se laisse entraîner par la comédienne Julia Perazzini dans les limbes de l’enfance.

Isabelle Caillat au coeur de la crise

La comédienne genevoise s’impose en femme de tête et de coeur dans « Cellule de crise », nouvelle série signée Jacob Berger qui nous dévoile les arcanes de l’humanitaire. Entretien à la veille de la diffusion.

Y’a-t-il encore un.e auteur.e dans la salle?

Acteur.trice à la fois central et à part, l’auteur.e d’un spectacle ou d’un film doit composer avec des contraintes qui laissent peu de place à l’ego. Trois d’entre eux/elles nous parlent de leur pratique.

Alain Mudry, colosse au clair de lune

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce sixième “Traversée en solitaire”, on se met sur orbite avec Alain Mudry.

Serge Valletti brise le glas à Avignon

Acteur, auteur, scénariste aux côtés du réalisateur Robert Guédiguian, Serge Valletti a mis du baume aristophanesque sur les plaies du festival avorté. Rencontre.

Arblinda Dauti, la perle noire

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce cinquième “Traversée en solitaire”, on se fait la belle avec Arblinda Dauti.

David Valère, l’homme debout qui met le chaos K.O.

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce quatrième “Traversée en solitaire”, on fend les flots avec David Valère.

Olivia Csiky Trnka, l’extra-terrienne

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce troisième “Traversée en solitaire”, on décolle aux côtés d’Olivia Csiky Trnka.

Raphaël Vachoux, sans peur ni reproche

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude dans leur parcours et leur pratique. Pour ce deuxième “Traversée en solitaire”, on embarque aux côtés de Raphaël Vachoux.

Jacques Michel, l’échappée belle

En six décennies de carrière, le comédien a endossé tous les costumes. Acteur dans tous les sens du terme, il a construit une histoire qui déborde la sienne, celle du théâtre romand. Portrait.

Lola Giouse, Miss en tropisme

La “crise de la quarantaine” a donné l’occasion à Laure Hirsig de questionner comédiennes et comédiens sur la solitude, ses charmes comme sa nocivité dans leur parcours et leur pratique. Pour cette première “Traversée en solitaire”, on largue les amarres avec Lola Giouse.

Le théâtre dans la peau (VI)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Sixième acte avec la comédienne Françoise Boillat.

Un dernier café avec Michel Piccoli

L’acteur nous a quitté le 12 mai, à l’âge de 94 ans. En guise d’hommage, des extraits inédits d’un entretien accordé à Lionel Chiuch à l’occasion de la tournée de “Minetti”, de Thomas Bernhard.

Le théâtre dans la peau (V)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Cinquième acte avec le comédien Julien Tsongas.

Le théâtre dans la peau (IV)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Quatrième acte avec le comédien Sandro De Feo.

“Il reste dans la culture une sorte de mépris de classe”

Après un septennat à la tête du GIFF, Emmanuel Cuénod s’apprête à en remettre les clés. Dans un long entretien sans langue de bois, il nous parle du festival genevois et donne quelques coups de griffe à la politique culturelle suisse.

Le théâtre dans la peau (III)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Troisième acte avec le comédien François Revaclier.

Le théâtre dans la peau (II)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Deuxième acte avec la comédienne Valérie Liengme.

Le théâtre dans la peau (I)

Signé Laure Hirsig, (IN)CARNATIONS est un feuilleton qui donne la parole autrement à celles et ceux dont la voix publique s’est tue un vendredi 13. Premier acte avec la comédienne Joëlle Fontannaz.

Monica Budde, la voix libre

D’Andromaque de Racine au personnage de A de Sarah Kane, la comédienne Monica Budde campe des femmes qui, comme elle, ne s’en laissent pas conter. Portrait en toute liberté.

Braqueur de banques!

Alors que la saison 2 de « Quartier des banques » débarque sur les écrans, son réalisateur, Fulvio Bernasconi, nous parle de son rapport aux comédien(ne)s.

“L’avantage ici, c’est le Système D”

A la Chaux-de-Fonds, pays des merveilles mécaniques, on croise moins de lapin blanc que de drapeau noir. La comédienne Aurore Faivre brandit celui d’un théâtre qui ose et qui place l’humain au centre.

“Il faut rester punk dans l’âme”

Acteur, metteur en scène, raconteur d’histoires et tricoteur de fictions, Frédéric Polier continue de croiser le fer pour un théâtre généreux et rebelle.

“Nous vivons l’époque du théâtre selfie”

Avec l’amour, la haine n’est jamais très loin. Acteur, auteur, metteur en scène mais aussi musicien, Daniel Vouillamoz effeuille volontiers la marguerite quand il parle de théâtre, cet « art pathétiquement inutile et pourtant essentiel ».

“C’est vrai, je ne connais pas de barrière”

Acteur puissant et subtil, Gilles Tschudi n’hésite pas à se mettre à nu, comme dans « Souterrainblues », mis en scène par Maya Bösch il y a près de dix ans au Grütli. Mais l’homme dévoile volontiers aussi ce qui « l’agit » et dresse ici une véritable métaphysique du jeu.

Théâtre des Osses, théâtre de chair

On prend les chemins de traverse jusqu’à Givisiez pour y rencontrer Geneviève Pasquier et Nicolas Rossier. Leur nouvelle saison regarde la planète en face.

Carole Epiney, névrosée à temps partiel

Elle était impeccable dans « Les névroses sexuelles de nos parents ». La valaisanne Carole Epiney affronte les aléas de la vie de comédienne romande avec une belle énergie.

Il y a plus de compagnies que de films

Critique à la Tribune de Genève, Pascal Gavillet est un habitué du cinéma suisse, dont il connait bien les mécanismes. On fait le point avec lui.