Sélectionner une page

La scène et celles et ceux qui l’habitent ont besoin de regards pour vivre. Celui du photographe Marc Vanappelghem était précis, artistique et toujours sincère. Il fut tour à tour le fantôme complice et bienveillant de l’opéra, celui d’Am Stram Gram et celui du Théâtre de Carouge. S’il avait “l’image voyageuse”, titre d’un spectacle qu’il proposa à La Bâtie en 1997, il savait néanmoins faire pause pour saisir l’essentiel d’une proposition artistique. Marc Vanappelghem nous quitte au coeur de l’été, lui qui savait si bien jouer des lumières et des ombres. Nos pensées vont à ses proches.