En 2019, sur 600 films envoyés aux organisateurs des Journées de Soleure, seuls 30% avaient été réalisés par des femmes. Cette année, pour la 55eédition, « un court-métrage sur deux et un long-métrage sur trois présentés étaient des oeuvres de réalisatrices », s’est réjouit la directrice des Journées de Soleure, Anita Hugi. La part des femmes dans les organes décisionnels du festival du cinéma suisse a également crû, ont relevé les organisateurs.